lundi 4 mai 2015

IMMERSION DANS LA FONDATION YVES SAINT LAURENT


Salon dans lequel Yves Saint Laurent créait au 5 de l'avenue Marceau, lieu qui n'était pas son habitation


Étendue sur 2 000m2, la fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent ouvre ses portes au public en 2004 à l’initiative de ses fondateurs et après d’importants travaux de réhabilitation. Bien plus que ses créations, elle retrace les inspirations, l’histoire et les secrets de l’un des plus grands créateurs de mode du XXème siècle tout en insistant sur sa frivolité pour l’art. Focus sur cette fondation aux multiples secrets.


Aboutissement de quarante années de création, la fondation a été mise en place dans le but de conserver l’œuvre ainsi que le patrimoine d’Yves Saint Laurent et afin de répondre à trois missions.
La conservation : avec plus de 5 000 vêtements, 15 000 accessoires et 35 000 croquis originaux, le bâtiment de style second Empire abrite tous les plus grands trésors du créateur.
L’organisation avec des expositions temporaires comme celle du moment dédiée à la collection de 1971, surnommée la collection du « scandale »
La privatisation avec la possibilité d’organiser des événements privés et de privatiser certaines pièces de ce lieu mythique comme les salons où les clientes haute couture venaient découvrir, contempler, essayer et commander les pièces du créateur.

Toutes ces missions sont notamment dans le but de soutenir la création contemporaine. 

Historique

Inaugurée au 30 bis rue Spontini en 1962, la maison de haute couture d’Yves Saint Laurent restera pendant douze ans son lieu de création. En 1974, le créateur et son compagnon de route, Pierre Bergé, décident de partir au 5 de l’avenue Marceau. Yves y poursuit son affirmation et c’est également là qu’il réinvente le vestiaire féminin à l’aube des années 70. Amoureux de la femme, Yves Saint Laurent lui apporte assurance, audace et émancipation grâce à des vêtements aux pouvoirs féminisant et aux codes pourtant très masculins. Trop souvent considéré comme le précurseur du pantalon féminin, Yves Saint Laurent n’est pas à son origine puisque c’est Coco Chanel qui l’invente et qui le porte pour la première fois dans les années 20.

Anecdote : Lors d’un dîner au restaurant, Nan Campner - femme « la plus chic du monde » d’après Yves, propriétaire de plus de 370 créations haute couture griffées YSL – porte un pantalon mais elle est alors refusée à l’entrée de l’établissement pour sa tenue jugée trop masculine. Un brin provocatrice, Nan retire alors son pantalon et entre au restaurant. Elle passera son repas avec une simple chemise en guise de tunique… A savoir que jusqu’en 2012, une femme en pantalon était considérée comme hors la loi !

Yves créé selon des concepts artistiques qui lui sont propres. Ainsi, il voit très vite un réel engouement à réinterpréter les vêtements du vestiaire masculin pour les dédier aux femmes. Trench-coat, caban, smocking, saharienne, jumpsuit ou encore premières transparences sont tant de créations que l’on doit au couturier. En pleine période de l’émancipation de la femme, Yves accompagne cette dernière et invente pour elle des vêtements pratiques avec lesquelles elle peut travailler et voyager tout en restant féminine et moderne. A partir de 1960, il souhaite donner l’opportunité à un plus grand nombre de femmes de porter des vêtements à sa griffe et débute l’activité prêt-à-porter avec l’ouverture de sa boutique Saint Laurent rive gauche en 1966 à Paris. Il ouvre alors la voie à la mode de nos jours en créant la mode à portée de toutes. Il dira même, à l’insu de celle-ci, que seul le style est éternel.
Le logo de la griffe par Cassandre

Après avoir cessé de dessiner pour les collections de prêt-à-porter vers la fin de années 80, Yves Saint Laurent annonce en 2002 sa césure d’activité et, se considérant comme un véritable artiste, il ne désignera pas de remplaçant puisque selon lui « un artiste n’a pas de successeur ». Il se concentrera alors sur l’ouverture de sa fondation avec Pierre Bergé. 

A sa mort, en 2008, il laisse derrière lui une mine d’or avec notamment de nombreux classiques dans le vestiaire féminin (et qui ne sont pas près d’en sortir) ainsi qu’un héritage inimitable et inégalable dans l’histoire de la mode.

À découvrir à la Fondation Yves Saint Laurent, 5 avenue Marceau, Paris 16ème

Share:

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Ajouter un commentaire

© La Gazette de Cléa | Lifestyle & Fashion Blog | All rights reserved.
Blog Design Handcrafted by pipdig